Une famille de fines lames

Henri Mazelier

  • Home
  • Une famille de fines lames

Une famille de fines lames

Naître et vivre à Thiers et être coutellier

logo henri mazelier couteaux de prestige fond blancPendant des siècles, les Thiernois n’ont pas fait les choses à moitié. Comme s’il existait une immanence locale, un tropisme obligé. Bref, du genre à tomber tout petit dans le chaudron. Il est même arrivé, autrefois, que le nombre d’artisans coutelliers -25.000, dépasse celui des habitants -17.500. Pic démographique certifié.
A croire que dès le berceau et jusque dans la tombe, les Thiernois coutellaient sans férir.

Il faut bien affûter quelques légendes pour atteindre pile poil sa cible. Aussi loin qu’il remonte et sur la foi d’un Livret de Famille jalousement conservé depuis 1928, il est assuré, inscrit à l’encre, pleins et déliés de rigueur, que Mazelier, prénom Gilbert (1878-1924) occupait en 1904 la profession de coutellier.

Son fils, Mazelier, prénoms Henri, Joseph, Alexis, aussi. Plus précisément, Henri Mazelier était alors coutellier mécanicien en atelier. Né en 1906, décédé en 1982, il était marié à Joséphine Chaize, également issue d’une longue lignée de coutelliers thiernois, et elle même, découpeuse de son Thiers-état. Penser ici que la génération intermédiaire est allée voir ailleurs de quelles lames elle aiguiserait son futur et mettre le doigt sur un destin commun à moults coutelliers thiernois. Mazelier-père est aussi un coutellier chevronné, talent mis au service de maisons de coutellerier fine et marques autres. Les Forges de Laguiole notamment.

Savoir-faire, intuition, ambition: chez les Mazelier, on est donc coutellier de père en fils. Même si parfois, le chemin pour y arriver aura bifurqué vers d’autres voies. Mazelier Richard pour exemple. Le premier du genre à couper court à la tradition en devenant restaurateur à Paris. Après tout, cela reste dans l’ADN auvergnat.

Plusieurs brasseries après, tartare au couteau à la carte, la brebis égarée est rentrée dans le rang. Une image.Toujours est-il qu’aujourd’hui Richard Mazelier a rangé son premier tablier pour rendre hommage à son grand-père et fonder, sur la foi d’un projet contemporain audacieux et haut-de-gamme, la maison de coutellerie Henri-Mazelier.

Une nouvelle fine lame dans l’univers
de la coutellerie française haut-de-gamme.